Aller au contenu
FR EN DE

Effets sanitaires

Quels sont les effets des radiations sur le corps humain ?

Le corps humain se compose de cellules susceptibles de se reproduire. La reproduction est un processus continu présent au sein de chaque organisme vivant. Un rayonnement ionisant qui pénètre dans une cellule risque d'affecter ce processus de reproduction en provoquant des réactions chimiques anormales. Certaines de ces réactions peuvent aboutir à la mort de la cellule et d'autres à sa survie, mais sous une forme modifiée (mutation).

Les effets des rayonnements ionisants varient en fonction de la dose reçue mais aussi en fonction de la source, du mode d’exposition et de la cible.

En fonction de la dose reçue lors de l'exposition aux rayonnements ionisants, on distingue entre deux types d’effets biologiques : les effets aigus ou déterministes et les effets à long terme ou probabilistes/stochastique.

Qu’est ce que les effets aigus ou effets déterministes ?

Les effets aigus sont des effets directs/immédiats qui apparaissent après un certain seuil d’exposition (>1Sv), notamment lors d’une irradiation très élevée pendant une courte période de temps. Ils provoquent immédiatement la mort d’un grand nombre de cellules.

Ils se traduisent par des nausées, vomissements, brûlures de la peau, diarrhée, convulsions, chute des lymphocytes et autres pouvant conduire jusqu’à la mort.

Ces effets apparaissent quelques heures voire quelques jours après l'irradiation. On parle aussi de la maladie des radiations.

Un traitement médical dans un centre spécialisé est nécessaire.

Qu’est ce que les effets à long terme ou probabilistes/stochastiques ?

Les radiations peuvent engendrer des effets sanitaires dits « différés » ou « tardifs ». Ceux-ci apparaissent de façon aléatoire.

Parmi ces effets, on retrouve notamment des maladies graves telles que les leucémies et divers cancers (du poumon, de la thyroïde, des voies digestives et urinaires, etc...).

Les rayonnements peuvent altérer le génome / le patrimoine génétique de l’homme et provoquer des anomalies génétiques au sein des générations suivantes.

Quels sont les effets sanitaires possibles lors d’un accident nucléaire pour la population?

Le niveau des radiations en cas d’un accident nucléaire est d’autant plus élevé que l’ont est proche du lieu de l’accident. En ce qui concerne le Grand-Duché de Luxembourg et sa population, le seuil d’exposition en cas d’accident nucléaire dans une centrale nucléaire se trouvant à proximité ne devrait très probablement pas atteindre un ordre de grandeur susceptible de provoquer des effets aigus.

Le plan d’intervention d’urgence en cas d’accident nucléaire (PIU) fixe des niveaux de référence à partir desquels des mesures de protection sont décidées pour éviter ou réduire au maximum tout risque sanitaire de la population luxembourgeoise.

Des éventuels dommages causés par de faibles quantités de radioactivités sont potentiellement réparés par les mécanismes métaboliques normaux du corps.

Quels sont les effets sanitaires possibles lors d’un accident nucléaire pour les intervenants luxembourgeois?

Suite à un accident dans une centrale nucléaire, il se peut qu’un certain nombre de catégories de personnes (agents des services de secours, de police, des services de la radioprotection, etc...) soient tenues d’intervenir d’urgence dans une zone contaminée.

Les intervenants amenés à intervenir et donc à secourir en cas d’accident nucléaire sont ceux pouvant être davantage exposés aux effets d’un accident nucléaire.

Ils ne sont pas envoyés dans les régions concernées par une évacuation ou une mise à l’abri pendant une phase de rejets à moins qu’il ne s’agisse de sauver des vies, d’empêcher de graves effets sanitaires radio-induits ou d’empêcher l’apparition de situations catastrophiques.

Les intervenants sont soumis à des surveillances spécifiques pour garantir le respect des limites de dose fixées en cas d’intervention.

En fonction du lieu et du niveau d’exposition, le personnel d’intervention sera tenu de porter des vêtements de protection spécifiques, des bottes en caoutchouc, des gants à usage unique, des masques de protection respiratoire ou encore des lunettes de protection pour les yeux.

Quels sont les effets sanitaires possibles lors d’un accident nucléaire pour les intervenants sur le site de l’accident?

Les intervenants de première heure, à savoir les sauveteurs et les travailleurs d’une centrale électronucléaire, sont les plus susceptibles à être exposés à des doses de radiations assez élevées : le niveau des radiations en cas d’un accident nucléaire est d’autant plus élevé que l’ont est proche du lieu de l’accident. Ces intervenants sont ainsi potentiellement soumis à des radiations pouvant causer des effets aigus.

Quelle est la probabilité de développer un cancer ou des anomalies génétiques suite à une exposition radioactive ?

La probabilité de développer un cancer ou de provoquer des anomalies génétiques est proportionnelle à la dose de radiation reçue. Plus la dose est élevée, plus le risque de développer un cancer est grand.

Or, de même que nous ne réagissons pas tous de la même manière à la pollution atmosphérique, nous n’avons pas tous la même sensibilité devant une exposition à la radioactivité. Ce sont les cellules les plus jeunes (soit celles des bébés ou des petits enfants) et celles qui se renouvellent très vite (soit celles, par exemple, des villosités intestinales) qui sont les plus radiosensibles. Ainsi, par exemple, le risque de développer un cancer de la thyroïde (organe sur lequel l’iode-131 se fixe) après exposition à l’iode radioactif, est plus élevé chez les enfants et les adolescents que chez les adultes.

Quels symptômes sont liés à l’irradiation?

Plusieurs types de symptômes peuvent apparaître suite à la réception d’une dose de radiation élevée dépassant 1 Sievert (1000 milliSievert). Il en résulte, entre autres, des nausées, des vomissements, des brûlures de la peau, de la diarrhée, des convulsions, une chute des lymphocytes.

Les doses dépassant 4 Sievert (4.000 milliSievert) sont potentiellement mortelles. Ces effets apparaissent dans un laps de temps variable pouvant aller de quelques heures à quelques jours qui suivent l’irradiation ou la contamination.

Qu’est-ce que le syndrome d’irradiation aiguë ?

Le syndrome d’irradiation aiguë (fièvre des radiations ou maladie des rayons) est un ensemble d'effets qui peut apparaître après réception d’une dose dépassant 1 Sievert (c’est à dire 1.000 milliSievert, soit environ 300 fois  l’exposition naturelle que l’homme subit annuellement).

Ce syndrome, donnant lieu à des maux de tête, des nausées, des vomissements, se manifeste de plus en plus avec l'accroissement de la dose d'irradiation et peut engendrer la mort à des doses plus élevées (>8 Sv).

Entre 4 et 5 Sv, le taux de mortalité en l’absence de traitement médical est de 50%.

Le syndrome d’irradiation aiguë est-il possible au Luxembourg ?

Le niveau des radiations en cas d’un accident est d’autant plus élevé que l’ont est proche du lieu de l’accident. En ce qui concerne le Grand-Duché de Luxembourg et sa population, le seuil d’exposition en cas d’accident nucléaire dans une centrale nucléaire à proximité ne devrait très probablement pas atteindre un ordre de grandeur susceptible de provoquer des effets aigus.

En cas d’accident nucléaire à Cattenom, les mesures de protection du plan d’urgence sont destinées à éviter toute exposition à des doses aigues.

À quoi l’exposition au rayonnement en cas d’un accident peut-elle être comparée?

L'impact sur les tissus biologiques d'une exposition à un rayonnement ionisant est exprimé en « dose efficace ». L’unité de la dose efficace est le Sievert (Sv). Le Sievert est une « grande » unité, voilà pourquoi on parle ainsi souvent de milliSievert (1mSv = 0,001 Sv) et encore de microSievert (1Sv = 0,000001 Sv).

Ci-dessous, une liste d’exemples des doses efficaces de radiation reçues dans différentes situations ainsi que les trois niveaux de référence au Luxembourg pour le déclenchement de différentes mesures de protection en cas d’accident nucléaire.

Impact sur les tissus biologiques

Source - Risque - Action Dose (efficace) reçue
Impact sur les tissus biologiques

Radiographie pulmonaire de face

0,02 milliSievert

Vol Paris-New York

0,04 milliSievert

Radiation naturelle annuelle (sans radon)

1-2 milliSievert / an

Radiation naturelle en altitude (en montagne)

3 milliSievert / an

Scanner abdominopelvien

10 milliSievert

Niveau de référence pour la mise à l’abri de la population luxembourgeoise en cas d’accident nucléaire

(pendant 7 jours à l’extérieur)

10 milliSievert

Limite de dose pour l’exposition professionnelle dans l’Union Européenne

(par exemple : travailleurs dans une centrale nucléaire)

20 milliSievert par an

Niveau de référence pour l’administration de comprimés d’iodure de potassium à la population luxembourgeoise en cas d’accident nucléaire

(pendant 7 jours à l’extérieur).

50 milliSievert

(Attention : Il ne s’agit pas d’une dose efficace, mais de la dose équivalente subie par la thyroïde ! L’équivalent en dose efficace serait de 2,5 mSv, si la thyroïde était le seul tissu exposé)

Exposition équivalent à un risque statistique de 0,5% (1 personne sur 200) pour développer un cancer mortel

100 milliSievert

Niveau de référence pour décider l’évacuation de la population luxembourgeoise en cas d’accident nucléaire

100 milliSievert

Premières réactions du corps humain aux effets de la radiation, ces réactions sont temporaires

500 milliSievert

Syndrome d’irradiation aiguë

à partir de 1.000 milliSievert (1 Sievert)

 

Haut